Jeux de Pc ou Téléphone

Tako no Himitsu est la suite de Save me Mr. Tako !

Pieuvres et secrets et traîne, oh mon dieu !

L’époque qui a sans doute fait de moi le joueur que je suis aujourd’hui a été la période de trois ans et demi pendant laquelle la Game Boy Advance a gouverné ma vie. J’avais 16 ans quand il est sorti, et c’était le premier appareil de jeu vidéo que j’ai acheté avec mon propre argent. Je n’ai pas eu à attendre un anniversaire ou des vacances. En septembre après sa première chute, j’ai pris le bus pour la ville voisine et j’ai laissé tomber environ 150 $ sur la version violet indigo avec des copies de The Legend of Zelda: Oracle of Seasons et Super Mario Advance. Cinq jours plus tard, je retournais au magasin pour obtenir une lumière pour l’écran car il faisait noir comme l’enfer.

Ce fut une année difficile pour moi. Avoir un GBA m’a permis de traverser des moments très difficiles. Le plus difficile a été mon déménagement de Washington en Californie. Une nouvelle ville. Une nouvelle école. Devoir repartir de zéro pour se faire des amis. Ce n’était pas facile et j’ai passé plus de temps que je ne voudrais l’admettre avec mon nez à quelques centimètres de l’écran de ma Game Boy Advance plutôt qu’avec d’autres personnes. Parce qu’il était là pour moi à un moment aussi crucial de ma vie, il n’y a pas d’autre appareil de jeu, portable ou autre, qui m’apporte autant de joie nostalgique.

Psssst:  La nouvelle mise à jour Elden Ring ajoute la prise en charge du Ray Tracing – Gamofun

Je suis toujours à la recherche de jeux qui peuvent me transporter à cette époque de ma vie, même si je suis bien conscient qu’il est impossible de retrouver sa jeunesse. J’aime juste l’aspect et la convivialité des jeux de cette génération, c’est pourquoi la semaine dernière, je suis tombé amoureux de Tako no Himitsu.

Tako no Himitsu est le deuxième jeu de Christophe Galati. Il y a environ cinq ans, j’ai correspondu avec lui à propos de son premier jeu, Save me Mr. Tako!, dans les semaines qui ont précédé sa sortie. J’avais bon espoir pour le jeu, mais la version finale du jeu n’était pas à la hauteur. Un drame en coulisses entre l’éditeur Nicalis et Galati s’en est suivi, et quelques années plus tard, Galati a réédité Save me Mr. Tako: Definitive Edition avec l’aide de Limited Run Games.

« J’ai dû tout mettre en pause pour rééditer Tako en tant qu’édition définitive », a expliqué Galati, « même si on m’a dit d’abandonner et de passer à autre chose. Je suis fier de l’avoir fait même si c’était comme recommencer. Grâce à la version Limited Run Physical, le jeu me rapporte enfin de l’argent, quatre ans après sa sortie originale.

Je ne peux pas imaginer la difficulté de créer un jeu indépendant, sans parler de devoir le refaire. Mais c’est ce que Galati a fait. C’était une entreprise colossale. Mais il voulait sauver sa vision originale de Tako, qui était de rendre hommage aux différentes générations de joueurs qui l’ont aidé à grandir. Comme il me l’a dit lors de notre première interview, Galati a eu sa Game Boy Color juste au moment où j’ai eu ma Game Boy Advance.

« J’ai fini par acheter la Game Boy Advance peu de temps après, quand j’avais neuf ans je pense. C’est devenu une partie très importante de mon adolescence », a déclaré Galati.

Capture d’écran via Deneos Games

Comme pour beaucoup, la GBA a eu un effet profond sur la croissance de Galati. Il a dit qu’il l’avait eu quand il avait commencé à développer ses propres goûts et qu’il n’avait pas eu à compter sur la collection de jeux de son frère aîné pour jouer. Il pouvait en fait demander des jeux auxquels il voulait jouer ou les acheter avec son allocation. C’est au cours de ces années qu’il a découvert son amour du RPG, et s’il y a une chose dont la Game Boy Advance ne manquait pas, c’était des RPG de qualité.

« La GBA est la plate-forme où j’ai expérimenté Final Fantasy pour la première fois, en commençant par Dawn of Souls (I & II), puis IV, V et VI, qui sont restés mes préférés de la série », a déclaré Galati. « J’ai passé beaucoup de temps à jouer à Golden Sun, qui est aussi devenu l’un de mes jeux préférés. Un ami m’a prêté un petit guide à l’école pour trouver tous les Djinns, et je me souviens du battage médiatique quand j’ai découvert Golden Sun II (The Lost Age).

Il cite de nombreux autres classiques de l’époque, notamment Fire Emblem: The Sacred Stones, Castlevania: Aria of Sorrow et Final Fantasy Tactics Advance. Ces titres et bien d’autres contribuent à façonner l’ambition de Galati avec Tako no Himitsu. Mais ce sont deux jeux spécifiques qui sont à la base de son inspiration.

Une inspiration claire

« Illusion of Gaia a eu un impact énorme sur ma croissance. Les jeux de Quintet Studio avaient ce genre de mélancolie autour d’eux, une aura très unique », dit Galati. «Je me suis inspiré de cela et j’ai voulu créer un RPG d’action simple avec une sorte d’aspect léger en termes de mécanismes et d’objets, comme Terranigma, mais avec de nombreux personnages jouables et une ambiance unique. Golden Sun m’inspire également beaucoup en raison de son gameplay génial. Sa fonction psynergy a directement inspiré le système magique Tako no Himitsu, car vous pouvez associer des personnages à une pieuvre qui peut utiliser des sorts magiques à la fois au combat et pour des puzzles d’exploration. J’espère que je pourrai concevoir des puzzles de donjon vraiment cool, tout en cachant beaucoup de secrets dans le monde.

Tako no Himitsu
Capture d’écran via Deneos Games

Alors, qu’est-ce que Tako no Himitsu exactement ? Sur son pitch deck, Galati décrit le jeu comme un RPG d’action dont le gameplay et l’esthétique sont inspirés de la Game Boy Advance. Dans le jeu, les joueurs prendront part à un groupe de personnages avec des mouvements uniques qui peuvent être associés à des pieuvres qui confèrent des compétences magiques pour le combat et l’exploration. La description de Galati note que Tako no Himitsu aura un gameplay et un combat simples contre une légion de monstres de l’ombre, un monde riche rempli de secrets à explorer et une histoire qui explore l’impact des secrets sur nous et ceux qui nous entourent.

« Le nom de code du jeu était Himitsu Project dès le début », explique Galati. « Himitsu signifie secrets en japonais, ce qui était pratique car j’ai longtemps gardé le cœur du projet secret, mais aussi parce que le « secret » est le sujet principal dont traite le jeu (tant pour les personnages que pour le monde). Le but du jeu est d’explorer comment les secrets deviennent des ombres dans la vie des gens et comment les personnes au pouvoir les utilisent pour gouverner le monde. Tako no Himitsu peut être traduit par Secret of the Octopus. C’était difficile de choisir un nom, car comme suite, il fallait qu’il y ait Tako, et l’équipe s’est attachée à Himitsu, alors pourquoi ne pas garder les deux ? Lorsque le développement du jeu a commencé au Japon, avoir un nom japonais était également un clin d’œil sympa à ses racines.

Cinq mois à la Villa Kujoyama

Les origines de Tako no Himitsu se trouvent bien loin de la France natale de Galati. Suite aux retombées de Galati avec Nicalis, il a postulé et a été accepté dans un programme de résidence d’artiste français qui l’a envoyé à Kyoto, au Japon. C’est ici, à la Villa Kujoyama, que Galati guérirait du lancement moins que stellaire de Save me Mr. Tako!, s’engagerait à réviser le jeu pour l’édition définitive et se lancerait dans la suite.

« J’ai fini par être assez épuisé et un peu dégoûté par l’industrie du jeu, je dirais », dit Galati. « Passer du temps à la Villa Kujoyama au Japon m’a vraiment aidé à guérir, cela m’a donné la détermination de sauver Sauvez-moi M. Tako ! et continuer à faire des jeux. J’ai dû lutter contre les abus toute ma vie, donc abandonner n’était pas une option pour moi. C’est très dur pour les personnes marginalisées et je veux me prouver que je peux exister dans cette industrie.

Galati a documenté sa vie à la Villa Kujoyama en un poste moyen qui détaillait son séjour de cinq mois. C’est un résumé intéressant de la nourriture, de la scène indé japonaise et des premières étapes de développement de ce qui allait devenir Tako no Himitsu. Galati dit cette suite spirituelle de Save me Mr. Tako! sera beaucoup plus personnel et s’inspirera des événements de sa vie.

Il s’inspirera également des personnes de sa vie. L’un des personnages jouables de Tako no Himitsu est Karan, un drag artiste. J’étais curieux de savoir l’inclusion de Karan dans le jeu et si Galati était au courant de la poussée incroyablement stupide et dangereuse aux États-Unis pour renommer et interdire les performances de drag comme une sorte d’acte sexuel.

Karan l'artiste drag
Capture d’écran via Deneos Games

« Je suis à peu près au courant de ce qui se passe aux États-Unis concernant les lois Drag Ban, et malheureusement, la même chose commence à se produire en France également », déclare Galati. « J’ai été initié à cette forme d’art en 2016 par mon ami Mirage qui commençait à draguer à l’époque. C’était avant que RuPaul’s Drag Race ne soit disponible sur Netflix, c’était moins mainstream donc j’ai dû la suivre dans des petits bars sombres en pleine nuit à Paris, je n’oublierai jamais cette magie. Je suis resté proche de ce monde et je voulais le représenter dans mon jeu. J’ai déjà mis une représentation queer dans Save me Mr. Tako !, mais je veux aller plus loin cette fois avec un personnage principal queer car je pense qu’il est important de faire ma part dans la représentation, surtout avec tout ce qui se passe en ce moment. Je suis resté en contact avec de nombreux artistes drag du monde entier afin de représenter correctement la scène drag dans Tako no Himitsu. Karan a également été inspiré par des personnes avec qui je suis sorti dans ma vie, il sera très important dans l’histoire.

Karan ne sera qu’un des nombreux personnages dont les joueurs prendront le contrôle tout au long de l’aventure. Galati dit qu’il adopte une approche Final Fantasy VI du récit où il n’y a pas un personnage principal mais un grand casting qui a ses propres difficultés. Je suis curieux de connaître tous les personnages révélés jusqu’à présent, mais je suis également intéressé par la manière dont le jeu intégrera les pieuvres.

Imaginez un monde sans takoyaki

Tako no Himitsu se déroule environ 800 ans après les événements de Save me Mr. Tako! Alors que ce jeu s’est terminé sur une note positive, les années entre les deux titres révèlent que la paix qui a été atteinte à la fin du premier match n’a pas duré longtemps, et les pieuvres ont rapidement été effacées du monde. Dans Tako no Himitsu, les personnages dont vous prenez le contrôle découvriront qu’il existe des héros pieuvres qui ont survécu à l’extermination et sont prêts à les aider dans leur aventure qui sauve le monde. S’inspirant de Golden Sun, les joueurs peuvent s’attendre à utiliser leurs copains pieuvres dans le combat et la résolution d’énigmes environnementales. Les pieuvres que vous collectez peuvent être élevées et alimentées en passant du temps avec elles dans le Jardin des poulpes Fontaine Tako.

« J’ai beaucoup joué à Sonic Adventure 2 sur Gamecube, le Chao Garden a définitivement inspiré la fonctionnalité Tako Fountain dans Tako no Himitsu », a déclaré Galati. « Pour utiliser des sorts magiques, vous devez associer des personnages à des pieuvres. Le but du jardin est d’augmenter votre lien avec les poulpes et de les rendre plus forts. En combattant des monstres de l’ombre, tu obtiendras des gemmes de l’ombre que tu pourras jeter dans la fontaine pour faire pousser des fruits et nourrir tes pieuvres. Il y a aussi quelques autres objets que vous pouvez utiliser là-bas pour augmenter la magie et des trucs comme ça, l’humeur de vos pieuvres comme un impact sur la puissance des sorts. Je peux déjà confirmer que vous pouvez caresser des pieuvres à Tako no Himitsu !

Fontaine Tako
Capture d’écran via Deneos Games

Tout cela me convient parfaitement, et voir le jeu en mouvement, c’est comme regarder dans un passé dans lequel je préférerais être plutôt que dans notre présent actuel. Galati vise un lancement en 2025 pour Tako no Himitsu sur PC et consoles, y compris tout appareil Nintendo disponible dans le monde à ce moment-là. Il ne le fait pas non plus seul cette fois-ci. Galati s’est associé à un petit groupe d’artistes, dont Valentin Seiche, Pixel Garçonet Challenger.AAA pour développer l’art du jeu. Avoir un personnel, c’est devoir faire des chèques. Galati a déjà obtenu un financement, mais il en faut davantage pour financer entièrement le projet.

Plus tard cette année, une campagne Kickstarter pour Tako no Himitsu sera lancée avec un objectif de 50 000 €. Son objectif ultime est de s’éloigner du statut de développeur indépendant d’un groupe et d’avoir une équipe qui travaille avec lui dans son studio Deneos Games. Une équipe donnerait à Galati la possibilité de créer des jeux plus gros, plus audacieux et, espérons-le, plus étranges. Cela l’aiderait également à franchir la prochaine étape logique pour sa franchise Tako. Si cette série doit rendre hommage aux époques portables du passé, alors une suite à Tako no Himitsu nous ferait passer à la Nintendo DS, n’est-ce pas ?

« Qui sait ce que l’avenir nous réserve ! J’ai une assez bonne idée de ce que sera mon prochain jeu, mais d’abord, nous devons terminer le développement de Tako no Himitsu », a déclaré Galati. « Ce que je peux dire, c’est que j’adorerais créer un jeu avec un mélange 2D/3D comme cela a été fait dans Grandia et Xenogears. »

Le Page de démarrage pour Tako no Himitsu est maintenant disponible, et le jeu est disponible sur Steam à la liste de souhaits. Galati espère lancer le jeu sur PC et consoles – bien qu’il se concentre uniquement sur PC pour le moment – ​​au deuxième trimestre de 2025, avec une démo au troisième trimestre de cette année.

CJ Andriessen

Rédacteur en chef – CJ a contribué à Gamofun depuis 2015, écrivant à l’origine des nouvelles satiriques avant de passer aux nouvelles générales, aux fonctionnalités et à d’autres couvertures qui étaient moins susceptibles de faire poursuivre ce site Web.

Plus d’histoires par CJ Andriessen

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension! Merci